Centre Social et Culturel - La Rochelle

Centre Social et Culturel - La Rochelle

A propos du projet

Programme : Centre Social et Culturel

Maîtrise d'ouvrage : Ville de La Rochelle

Maîtrise d'œuvre : Atelier FGA, architecte mandataire II TPF ingénierie, BT pluridisciplinaire II Trouillot Hermel Paysagistes, paysagistes II SERDB, acousticien II O Plus, Urbanistes II Lignes Environnement, BET HQE II Yon Anton Olano, Concepteur Lumière II Freelance Etudes

Surface : 2 255m2

Montant : 18 500 000€

Mission(s) : de base

Densité oblige, elle se veut sculpturale. Respectueuse des obligations réglementaires et des orientations programmatiques, elle se développe en deux bâtiments R+1, l’un bordant la rue des Voiliers, l’autre délimitant les aménagements du cœur d’îlot, offrant un parvis «belvédère».

Ces deux volumes protègent, en leur cœur, un généreux jardin sécurisé : le «Jardin de l’Imaginaire» qui accueille les jeux extérieurs des enfants de l’ALSH. Rue des Voiliers, les façades s’installent sagement, en R+1 à l’alignement «traçant» la rue. En RDC, un vaste retrait offre la cour de service, cachée des vues directes.

En cœur d’îlot, la volumétrie s’invente sculpture. Compacte mais poreuse, ouverte à l’accueil des utilisateurs, elle devient signe d’identification sans rompre, par sa densité, avec le «génie» du lieu Rochelais. La matière en trop a été enlevée, les scories ôtées, pour obtenir la belle forme de la «pierre polie» taillée, dense mais ouverte et accueillante. On ne rentre pas dans un bâtiment banal, on le vit en le découvrant dans sa densité magique !

Son hall, véritable atrium ouvert sur trois niveaux aériens, poursuit l’esprit du «sillon vert» du parking. Par sa vue tournée vers le centre historique et sa faille verticale vitrée composant avec le clocher de l’église, il lie, lui aussi, subtilement le passé, le présent et l’avenir, enracinant notre projet dans sa verte nouveauté.

Tous les lieux qu’il offre reprennent l’intelligence du parcours Rochelais: circulation devenues poursuites des ruelles, qui, parfois s ‘épanouissent en placettes, patios qui deviennent places, jardin se croyant parc ...fonctions programmatiques s’inventant quartiers. Un nouvel espace co-citoyen est né !

Le projet s’installe ainsi, poursuivant du centre historique en porosité spatiale agissante. Il n’y a plus ni dehors, ni dedans, les frontières sont abolies, seulement s’installe un parcours qui place l’utilisateur, le passant, le citoyen, en osmose avec le Centre Social et Culturel devenu lieu de convergence.

Il créé ainsi les conditions à une mise en mouvement d’un projet socioculturel dense, ouvert au cœur d’îlot donc à la ville et ses habitants, qui sont mis en situation de se l’approprier naturellement, par participation active.